Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2016

Que reste-t’il de Mitterrand ?

 

 

 

 

 Elle a commencé et se termine sous les mânes de François Mitterrand, cette année 2016. D’abord le 8 janvier, pour le vingtième anniversaire de sa mort. On se souvient sans doute que les ténors du parti socialiste, François Hollande en tête, sont allés en pèlerinage sur sa tombe à Jarnac (sa ville natale). Mercredi 26 octobre, au Louvre, c’est le centenaire de la naissance de son auguste prédécesseur que le locataire actuel de l’Elysée a commémoré dans un discours, certes élogieux, mais tout en nuances ; un discours dans lequel beaucoup ont cru entendre qu’il parlait surtout de lui-même et de ses présentes difficultés. Car, on le sait bien, un François peut en cacher un autre.

Entre temps, il y a eu de nombreuses biographies qui ont éclairci un peu plus le « mystère Mitterrand » et surtout, en septembre, la publication de sa correspondance intime avec Anne Pingeot par les soins de l’intéressée. On savait que le défunt président était un homme de culture, auteur de mémoires et d’essais, mais pas qu’il avait aussi une plume de poète. On le savait grand séducteur ; voici qu’on le découvre, dans ces quelques mille pages,  en amoureux éperdu d’une femme raffinée, de vingt-sept ans sa cadette, qui deviendra son épouse officieuse en même temps que la mère de sa fille Mazarine.

Le portrait semble complet et on peut se demander si, à l’avenir, il se trouvera un auteur pour y ajouter une nouvelle touche - ou simplement l’éclairer sous un jour nouveau. L’inventaire de ses deux septennats a été fait depuis longtemps et ses héritiers, même avec moins de panache, occupent encore le haut du pavé. Quant à l’homme politique, sa place dans l’histoire de notre pays est indiscutable, même si d’aucuns lui préfèrent, dans la famille socialiste, les figures de Jean Jaurès et de Léon Blum. L’espace public porte aussi sa trace puisque Mitterrand, dans sa fièvre bâtisseuse, aura pris soin de s’auto-célébrer avec des réalisations aussi considérables que  la Pyramide du Louvre et la nouvelle bibliothèque nationale (à qui il a légué son nom).

Une telle vie a forcément quelque chose à nous apprendre sur l’aventure humaine que chacun de nous essaie de perpétuer, même avec moins de brio. S’il y a une leçon à tirer de « l’étoile Mitterrand », elle est sans doute plus à chercher du côté de sa personnalité que de son œuvre politique. Secret, ambitieux, opportuniste, déterminé à la conquête du pouvoir, Mitterrand a fasciné son entourage, soulevant de grands espoirs, entrainant de grandes déceptions aussi. Sans doute avait-il l’art de synthétiser les nombreuses contradictions qui l’habitaient. Homme de toutes les volte-faces et de toutes les manipulations, il fut aussi celui des grandes amitiés contre vents et marées (comme avec René Bousquet). On ne gouverne pas sans une bonne dose de liberté vis-à-vis de l’opinion publique. Autant d’aspects plus ou moins troubles qui en font  un exemple pour tous ceux qui voient dans la politique le meilleur moyen, à l’ère démocratique, de changer de condition et de s’élever dans la hiérarchie sociale.

 

 

                   Jacques LUCCHESI

28/10/2016

Calais : et après ?

                          

 

 Si les camps de transit ne sont pas une réalité nouvelle dans le monde, celui de Calais aura quand même été, pendant un an et demi, un sujet incessant de polémique. Comment, en effet, supporter, dans la France du XXIeme siècle,  que des milliers de migrants vivent dans ce gigantesque bidonville avec un repas par jour ?  Les associations humanitaires qui palliaient à ces carences n’ont cessé de dénoncer les conditions de vie dégradantes de ces hommes et de ces femmes venus des pays les plus déshérités de la planète (Ethiopie, Syrie, Afghanistan, entre autres). La violence et le racket  étaient monnaie courante dans ce camp – le plus grand d’Europe -,  au point qu’on l’avait surnommé « la jungle ». Néanmoins l’espoir, pour beaucoup d’entre eux, de rejoindre les côtes anglaises, à trente-cinq kilomètres de là, les aidait à tenir. Si j’en parle au passé, c’est que l’état s’est enfin décidé à mettre un terme à ce scandale à ciel ouvert. Lundi 24 octobre, tôt le matin, les huit mille migrants qui s’entassaient ici ont commencé à être rassemblés en vue d’être acheminés vers des régions de leur choix. Une soixantaine de cars avaient été spécialement affrétés et près de mille deux cents policiers encadraient cette opération de démantèlement et de transfert. Cette évacuation très médiatisée –  huit cents journalistes suivaient de près l’évènement – s’est poursuivie durant les jours suivants à raison d’environ mille cinq cents départs quotidiens. Malgré  quelques incendies, les pelleteuses ont commencé, en fin de semaine, leur ultime travail de déblaiement.

Dans les centres d’accueil et d’orientation mis à disposition par les municipalités, les migrants de Calais trouveront sûrement une vie plus décente et, selon leur situation, certains pourront prétendre à un début de droit d’asile, conformément aux lois internationales. Mais d’autres, on le sait bien, seront ré-acheminés vers leur pays d’origine. Reste à savoir comment les populations locales vont accueillir ces nouveaux venus imposés par l’état français à leurs communes. Mais on peut espérer qu’un peu d’humanité viendra nuancer leurs sentiments spontanés d’invasion et de rejet. Ce déménagement forcé ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les réfugiés et beaucoup ont cherché à y échapper, quitte à recréer des conditions de vie aussi précaires sur les plages voisines. Ils viennent s’ajouter à tous ceux qui, ces derniers mois, ont anticipé la fermeture de la « jungle » et se sont évanouis dans la nature. Pour ceux-là, le choix de l’Angleterre – jugée malgré le Brexit plus prometteuse que la France – était bien arrêté. Encore faut-il y entrer et il se pourrait fort que ceux qui auront été refusés se retrouvent à Paris où d’autres structures d’accueil doivent ouvrir en novembre. Il y a enfin la question de la date choisie par le gouvernement pour cette opération. La proximité des élections présidentielle y est sans doute pour quelque chose. Quant aux conditions relativement douces dans lesquelles s’est faite cette évacuation, elles plaident, bien sûr, en faveur de l’actuelle équipe dirigeante. Ce que Manuel Valls, dans une récente allocution, ne s’est pas privé de souligner. L’humanitaire n’aurait pas été complètement chassé par le tout sécuritaire ? Voilà au moins une bonne nouvelle.                             

 

 

Jacques LUCCHESI     

21/10/2016

Bruissements (67)

 

 

 

Hollande : l’affaire de l’insulte à la magistrature restera sans doute comme l’une des plus lamentables du quinquennat Hollande (qui n’en manque pas). Voilà un président - au plus bas dans les sondages -  qui entreprend, moins d’un an avant la fin de son mandat, de se raconter complaisamment à des journalistes toujours avides de confidences. Et qui en vient à leur dire ce qu’il a sur le cœur, évidemment. Si jamais un livre a été bien nommé, c’est bien ce « Un président ne devrait jamais dire ça ». Si jamais un livre vient trop tôt, aussi, c’est bien celui-là. Car si on peut imaginer qu’un ex-président exprime sa rancœur vis-à-vis de son entourage politique, voire envers les institutions, on ne le comprend pas de la part d’un président encore en exercice, candidat potentiel à sa propre succession. Taxer de lâcheté la magistrature n’est pas qu’une parole primesautière, c’est aussi un manque absolu de tact politique vis-à-vis d’un grand corps d’état qui a déjà été diffamé par Sarkozy lorsqu’il était à l’Elysée et qui est, en grande partie, acquis à la Gauche. On sait, d’autre part, que les magistrats peuvent être impitoyables avec des hommes politiques qui leur prêtent un peu trop le flanc. Depuis Hollande a essayé de justifier ses propos dans une lettre publique, osant même dire que ce n’était pas là le fond de sa pensée. Pitoyables attitudes que la palinodie et l’excuse lorsqu’elles viennent d’un chef d’état. Après avoir encaissé le choc, les magistrats se sont un peu apaisés, mais ils n’en pensent pas moins. Dans l’entourage du président, beaucoup ont été interloqués par ce comportement d’échec. En langage populaire, cela s’appelle scier la branche sur laquelle on est assis. Ou se tirer une balle dans le pied.

 

Royal : Un dérapage en entraine souvent un autre. Lundi dernier, c’est Ségolène Royal qui a ouvertement critiqué la poursuite des travaux de construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes. En exprimant son désaccord vis-à-vis  d’un projet entériné par le gouvernement auquel elle participe, elle sort de son devoir de réserve. Il est vrai que ce n’est pas la première fois que la ministre de l’écologie se trouve en contradiction avec le chef de l’exécutif, lui qui ne s’est pas privé de retoquer ses mesures en faveur de l’environnement. Y aurait-il une visée électorale derrière ses propos ? Dans ce cas, nous le saurons assez vite.

 

Manif : il y avait quelques temps qu’ils n’avaient pas fait parler d’eux, les coincés et les bourges de la manif pour tous. Dimanche dernier, à Paris, ils ont rompu le silence, revenant avec insistance sur leur rejet de ces nouvelles formes de maternité que sont la PMA et la GPA. Dans leur collimateur les nombreux couples gays qui y recourent de plus en plus. Belle leçon d’intolérance. Certes, ces pratiques peuvent choquer des consciences enracinées dans le confort d’une tradition. Mais comment ne pas voir qu’elles sont portées par un mouvement irréversible ? Que la vie, avec ses joies et ses souffrances, n’en continuera pas moins pour ceux qui naitront avec deux pères ou deux mères ? Et ce ne sont pas quelques défilés protestataires qui empêcheront cette évolution sociétale : même avec le soutien de politiciens aussi influents que Nicolas Dupont-Aignant ou Jean-Frédéric Poisson. 

 

Police : La récente affaire de Viry-Châtillon (Essonne) et le quasi-lynchage de deux  policiers en patrouille par une bande de dealers a fait éclater un malaise déjà sensible dans la police française. Depuis, les policiers manifestent, de jour comme de nuit, à Paris comme en province, criant à tous leur ras-le-bol, semblables aux représentants des autres corporations qu’ils surveillaient encore naguère. Ils en ont marre de la surcharge de travail entrainée par l’état d’urgence, marre d’être pris pour cibles au sens propre comme au figuré, marre du laxisme de la justice vis-à-vis des criminels, marre du manque de soutien de leur ministre de tutelle. Que veulent-ils en retour ? Plus de moyens et d’effectifs pour accomplir leurs missions, plus de souplesse juridique dans le port et l’usage de leurs armes aussi (il y a de la bavure dans l’air). Du coup, ils intéressent les formations politiques qui cherchent à se rapprocher d’eux et à instrumentaliser leur colère. D’ores et déjà, l’état a débloqué un milliard d’euros supplémentaire pour la sécurité. L’époque des suppressions massives de postes chères à Sarkozy est bel et bien révolue dans ce secteur. Aucun président, en 2017, ne pourra plus faire d’économies sur leur dos.

 

 

Erik PANIZZA

15:24 Publié dans numéro 16 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hollande, royal, manif, police