Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2019

                Marlène Schiappa idéologue

           

 

 

 

 Si être un homme ou une femme politique au XXIeme siècle, c’est sortir sans cesse de son pré carré pour aller pérorer de tout et n’importe quoi sur les plateaux de télévision, alors Marlène Schiappa en est certainement la meilleure incarnation. Jusqu’à présent, la très partiale secrétaire d’état à l’égalité des femmes et des hommes s’en tenait principalement à corroborer toutes les propositions féministes du moment, dans un oubli total du devoir de réserve attaché à sa fonction. Voici qu’elle a franchi un pas supplémentaire en co-signant, avec deux députés macronistes – Olivia Grégoire et Laurent Saint Martin – une tribune dans le dernier JDD, appelant les petits partis à rejoindre LREM. En voici d’ailleurs un extrait significatif :

« La République en marche n’a pas vocation à diviser en courants mais à élargir. Que vous veniez de LR, d’EELV, du PS ou du Parti animaliste, tout ce qui nous intéresse, c’est : êtes-vous prêts à faire passer votre pays avant votre parti? Êtes-vous prêts à porter et défendre des idées, peu importe leur provenance, au service des Français? »

On croit rêver en lisant ces lignes. A entendre madame Schiappa et consort, l’état de la France serait si alarmant qu’il nécessiterait une sorte d’union sacrée. Foin des querelles de clochers ! La patrie est en danger. Il s’agit à présent de travailler tous ensemble à sa préservation et son relèvement. Et quoi de mieux que la République en marche pour subsumer les différences et les idées originales? N’est-ce pas, depuis sa création, son principal credo ? Non, mesdames et messieurs, LREM n’est pas un parti comme les autres ; c’est la quintessence de la France d’aujourd’hui.

Voilà ce que nous dit, en filigrane, madame Schiappa. On notera au passage le parallèle de son OPA politique avec les appels répétés au patriotisme de Marine Le Pen et sa prétention, elle aussi, à incarner la France éternelle. Après tout, pourquoi se disperser en une multitude de partis et de mouvements ? Un seul serait bien suffisant pour gouverner ce pays. Le problème –  si problème il y a encore -, c’est que tout cela n’est ni plus ni moins que la négation de la démocratie ; laquelle a toujours supposé une alternance gauche-droite et, entre les deux, une bonne dose de dissensus.

Si l’on excepte quelques brebis égarées en recherche éperdue de mandature, je doute fort que cet appel soit entendu par l’ensemble de la classe politique française. Qui pourrait d’ailleurs se laisser duper par un aussi grossier subterfuge ? Mais grâce à des vestales aussi zélées que madame Schiappa, on commence à voir clairement la nature inquiétante du projet macroniste. Après avoir renversé les piliers séculaires de l’édifice républicain, après avoir débauché, tant à droite qu’à gauche, tous ceux qui s’inquiétaient de leur avenir électoral, il voudrait à présent aspirer à son profit la diversité des propositions politiques pour notre pays. Comme quoi le « et en même temps », ce leitmotiv archi-répété du parti présidentiel, rejoint insidieusement le « ni droite ni gauche » de tous ceux qui, par le passé, ont voulu gouverner autocratiquement, dans le refus de toute forme d’opposition.

 

Jacques LUCCHESI

07/06/2019

      Putains de trottinettes !

 

 

 

 

 Comme tout était simple quand la rue se partageait entre trottoirs et chaussée, entre piétons et véhicules à moteur. Il est vrai que, certains jours, il y avait un peu trop des seconds dans nos villes et que la pollution, vers six heures du soir, atteignait fréquemment des records. Bon, la plupart des automobilistes ne respectaient, pas plus qu’aujourd’hui, les passages pour piétons, mais ceux-ci avaient au moins la jouissance exclusive des  trottoirs.

L’évolution de la sensibilité urbaine et la nécessaire lutte contre la pollution de l’air ont progressivement changé la donne. Ce fut d’abord l’apparition des vélos. Ou plutôt leur réapparition, car le vélo – peut-on l’oublier ? – a été largement pratiqué par les Français jusqu’à la seconde moitié du XXeme siècle. C’était le moyen de locomotion par excellence des classes laborieuses – tout le monde ne pouvant pas se payer une moto et encore moins une bagnole.

A ce critère économique a succédé peu à peu le souci de l’environnement. Engin mécanique à propulsion humaine, le vélo est bon pour la santé et ne pollue pas. Et même si la France accusait un retard certain par rapport à des pays voisins (comme la Hollande et l’Allemagne), le vélo devint vite un signe de militance écologique. Reste que les cyclistes n’avaient pas la part belle lorsqu’ils roulaient sur la chaussée, juste derrière des camions et des bus. Pour la ventilation pulmonaire, on repassera. En revanche, sous l’angle du monoxyde de carbone et des particules fines, c’était le jackpot cancérigène assuré. Il fallait donc leur aménager des pistes cyclables, ce qui fut fait à minima et, bien sûr, comme à Marseille, au détriment de l’espace piétonnier réduit à la portion congrue sur les avenues et les boulevards. Cela n’empêche d’ailleurs pas les cyclistes de continuer à effectuer une bonne partie de leur trajet sur la chaussée.

Cette ambiguïté du vélo n’a fait que se renforcer avec l’introduction, dans nos villes, d’autres engins roulants non motorisés, rollers, planche à roulettes et maintenant trottinettes. Jusqu’à présent, ces moyens de locomotion étaient associés à l’enfance et à la sortie des écoles. Mais dès les années 90, on a vu de grands dadais se les réapproprier, dans un esprit alternatif, pour leurs déplacements urbains. Du reste, la première génération de trottinettes avait pour elle l’avantage d’être très légère et même pliable. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec les modèles électriques en libre accès qui pèsent 16 kilos et atteignent facilement les 25 Km/H. On imagine facilement la surprise, sinon le stress, des piétons qu’ils frôlent à cette vitesse ; car, bien entendu, c’est sur les trottoirs qu’elles roulent principalement. Et comme leurs utilisateurs ne sont pas plus prudents que les cyclistes, ils multiplient d’autant les risques d’accident. A Levallois-Perret, en avril dernier, c’est un octogénaire qui a été heurté mortellement par l’un de ces engins. A Marseille, où les trottinettes électriques sont en location depuis janvier, les accidents – heurts ou chutes – ont pris une tournure exponentielle, puisqu’on y recense pas moins d’un cas par jour depuis avril.

 Face à cette incurie, les pouvoirs publics commencent à réagir. Timidement, comme à Marseille, où un arrêté municipal limite à 6 Km/H leur vitesse sur les trottoirs. Plus drastiquement, à l’échelon national, où un décret de loi prévoit, dès septembre prochain, des amendes de deuxième classe (35 euros) et de quatrième classe (135 euros) pour les trottinettes jouant aux formules 1 sur les trottoirs. Ce ne sont certainement pas les piétons qui se plaindront de cette réglementation plus sévère. Mais dans ce genre de litiges, tout repose sur la preuve ; et cela risque de rendre très difficile son application.

 

Jacques LUCCHESI

17:19 Publié dans numéro 19 | Lien permanent | Commentaires (0)

22/05/2019

Elections européennes : Et si on faisait mentir les sondages ?    

 

 

 

 

 Quand on observe l’actuel mercato politique, on constate que le mouvement des transferts se fait surtout de la gauche vers la droite. Certes, la République en Marche – qui n’est pas, loin s’en faut, un parti de gauche - a débauché, aux dernières présidentielles, quelques Républicains notables. Mais il a encore plus recruté chez les sociaux-démocrates lors des législatives qui ont suivi. En rejoignant, voici quelques mois, le Rassemblement National, l’ex-Républicain Thierry Mariani a mis en lumière les dérives droitières de son parti d’origine, quoique celui-ci en dise.

Je ne sais trop si, en politique, les extrêmes se rejoignent, mais le ralliement, vendredi dernier, d’Andréa Kotarac au parti de Marine Le Pen pourrait le laisser penser. Car ce transfuge était jusqu’à présent élu de la France Insoumise au conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Croit-il sincèrement à ce qu’il dit en déclarant que « seul le Rassemblement National est capable de barrer la route à Macron aux élections européennes » ? Je l’espère pour lui mais c’est néanmoins une grosse bêtise.

Son argument sonne faux pour au moins deux raisons. D’abord nous sommes présentement dans une configuration européenne, pas à un deuxième tour des élections présidentielles. Je veux bien admettre que Macron soit pour lui l’adversaire absolu, mais ce n’est pas une vague bleu-marine au parlement européen qui va changer la donne en France – car c’est de cela qu’il s’agit – pour au moins les trois prochaines années. Tout au plus, cela donnera du grain à moudre à l’opinion publique et redorera le blason lepéniste, plutôt terni depuis deux ans. Ensuite, et quoiqu’en aient décidé les instituts de sondages, le débat électoral n’est pas résumé par l’affrontement La République en Marche/ le Rassemblement National. Ce sont seulement les deux formations politiques majoritaires  de ce moment européen et elles se partagent au mieux 50% des intentions de vote. Quid de l’autre moitié des suffrages à venir ?

Entre les progressistes version Macron et les nationaux-souverainistes version Le Pen, il y a d’autres alternatives, tant à gauche qu’à droite, parmi les 34 listes qui composent le spectre français de ces élections européennes. Pourquoi, dans ce cas, ne pas oser miser sur un outsider ? Pourquoi, dans ce scrutin à un tour, ne pas affirmer sa préférence – ou sa différence – et donner sa voix à un candidat qui pourrait faire  entendre un autre son de cloche à Bruxelles et à Strasbourg ? Car s’il y a beaucoup de propositions farfelues dans les nombreux programmes en lice, il y a aussi beaucoup de propositions intelligentes et pertinentes. A chacun de les repérer et de leur donner une chance d’influer, même bien modestement, sur la politique de l’Union Européenne. A chacun de secouer le joug médiatique qui acclimate les esprits à toujours moins de liberté, dans un parfait mépris de la diversité démocratique. Quel que soit l’avenir qui nous est réservé, nul ne pourra dire que les dés étaient pipés s’il n’use pas de sa liberté à juger dans cette élection. C’est notre responsabilité de citoyen qui est totalement engagée, dimanche.

                                                                                   

 Jacques LUCCHESI