Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2017

Entre guerre et paix

 Nous vivons depuis quelques années une situation assez inédite en occident. Une situation assez ambigüe, qui n’est ni l’état de paix ni l’état de guerre, ou les deux à la fois. La guerre, un ennemi mystérieux nous l’a déclaré. Un ennemi qui n’a pas d’uniforme, pas de visage précis, dont notre seule certitude est qu’il déteste nos valeurs de tolérance et de liberté. Nous l’avons peut-être croisé dans la rue sans jamais le reconnaître. Et puis un jour, poussé par un dérèglement intérieur, il passe soudain à l’attaque, tue, est tué à son tour, justifiant sa barbarie par des motifs moins religieux qu’idéologiques.

Tout cela ne dure que quelques minutes, ponctuées par des cris d’horreur. A la peur et la stupéfaction succède vite la colère. Nous nous indignons, nous ne comprenons pas car, à nos yeux, rien ne peut justifier l’assassinat d’innocents. Après quoi, nous reprenons le fil ordinaire de nos vies, heureux d’être toujours vivants mais minés un peu plus par cette époque qui remet en question nos schémas habituels de pensée. La crainte et la  méfiance s’estompent – c’est normal – au profit du simple plaisir d’exister, avec ses habitudes plus ou moins agréables. Nous n’oublions pas les drames affreux qui ont rythmés l’actualité de ces dernières années, ces derniers mois, ces derniers jours. Mais quelque chose en nous est plus fort que le chagrin et l’angoisse. La vie reprend son cours ; jusqu’à ce qu’un autre crime dément ne vienne, une nouvelle fois, nous surprendre, nous meurtrir, nous endeuiller…

Telle est la forme prise par le terrorisme et ses conséquences sur chacun de nous en ce début du XXIeme siècle. Pas de grande machinerie spectaculaire à la Ben Laden, pas de frappe ciblée et de déclaration intempestive à la Carlos, mais des actions aussi meurtrières qu’imprévisibles, qui se rapprochent par leur mode opératoire des crimes de droit commun. Le monde a changé, mais nous ne parvenons pas à l’admettre. Nous ne pouvons nous résoudre à inscrire le terrorisme au nombre des risques de la vie en société.

Dimanche dernier, à Marseille, le meurtre sauvage de deux jeunes filles par un clandestin tunisien manipulé par Daesh a relancé l’inquiétude collective et les interrogations. Quoique touchée, ces derniers temps, par quelques gestes de folie individuelle (voiture bélier, jet d’acide), la vieille cité phocéenne avait été épargnée jusqu’ici par le terrorisme revendiqué. Grâce à l’efficacité des services de renseignements, pour préciser les choses. Ce sont eux, en effet, qui ont déjoué, comme en mai dernier, d’importants attentats en préparation. Mais dans le cas de l’attentat de la gare Saint-Charles, que pouvaient-ils faire ? Le meurtrier n’était pas un fiché S ; il n’était connu des services de police que pour des actes de petite délinquance. Qui aurait pu imaginer qu’un voleur à l’étalage se transforme, du jour au lendemain, en un monstre sanguinaire ? Cette brutale mutation est précisément la  signature du terrorisme contemporain, ce qui rend si difficile sa prévention.

Le 1er novembre prochain, l’état d’urgence doit prendre fin en France. Il sera vraisemblablement remplacé par des mesures de surveillance et d’intervention policières accrues. Pourtant, il n’est pas besoin de nouvelles lois relevant le niveau de sécurité, car le problème se joue de plus en plus souvent ailleurs que sur le terrain des fichés S, comme l’a montré l’attentat de Marseille. Il faudrait simplement que les lois concernant les criminels de droit commun soient un peu mieux appliquées. Si le tueur de Marseille, ressortissant tunisien en situation irrégulière, avait été placé en centre de rétention comme il se doit, deux jeunes femmes – deux vies riches d’avenir – seraient encore vivantes aujourd’hui.

 

Jacques LUCCHESI

22/07/2016

Les sbires du néant

 

Le carnage perpétré à Nice le soir du 14 juillet a ébranlé la France. Il est encore trop tôt pour dénoncer les fautes commises et pour trouver les responsables. Aujourd’hui, après trois jours de deuil national, il nous faut être solidaire avec les survivants de la tuerie. Serrer aussi les rangs et soutenir le travail difficile mené par le gouvernement sur la sécurité. Les critiques certes font partie du fonctionnement démocratique. La récupération à des fins électoralistes, non. Le maire de Nice semble avoir obéi à ce détestable travers, laissant planer le doute sur les forces de sécurité qu’il avait demandées et qui lui auraient fait défaut… Peut-être. Mais l’heure est au chagrin, au silence, à la peine, au respect des victimes. Au comment vivre après l’assassinat d’un proche, d’autant, surtout, quand il s’agit de son enfant…

Le terrorisme frappe, exécute et liquide, préférant l’idéologie mortifère à l’humaine concorde. Le voilà installé chez nous. Il ne faut certes s’y résoudre, baisser les bras. Bien au contraire le prévenir et le combattre. Régler aussi le sort, aujourd’hui chancelant, de Daech et de ses sbires du néant. Et chez nous retrousser nos manches pour que le discours islamiste n’ait plus prise sur personne en refondant les bases d’un nouvel ordre social, réellement égalitaire et fraternel.

 

              Yves Carchon

 

19/07/2016

Tourisme et terrorisme

                    

 

 

  Longtemps l’Orient, proche ou lointain, fut la destination privilégiée des grands voyageurs – ceux qui s’embarquaient par passion, comme on aime une femme inconnue. C’est ainsi que, dans les années 50, un écrivain globe-trotter comme Nicolas Bouvier pouvait encore parcourir, avec un ami, les montagnes d’Afghanistan et coucher tranquillement chez l’habitant.  Las ! Les temps ont bien changé et cette région – comme beaucoup d’autres – est désormais interdite à ceux qui se sentent une âme de citoyen du monde. Car il ne fait pas bon être un européen dans ces contrées marquées par un Islam wahhabite et la haine de nos valeurs. Pour décourager ceux qui aiment instiller une dose de risque dans leurs vacances, le Quai d’Orsay a publié une liste de quarante  pays potentiellement dangereux pour les ressortissants français. Outre l’Afghanistan, nul ne sera étonné d’y trouver l’Irak, la Syrie, le Pakistan, la Lybie, la Tunisie et la Turquie. Plus au sud, en Afrique Subsaharienne, ce sont le Mali, la Mauritanie, l’Ethiopie, le Niger, la Somalie et le Tchad qui sont momentanément mis à l’index. En Asie, l’Indonésie et la Malaisie sont particulièrement déconseillées. Sur le continent américain, mieux vaut éviter le Honduras, le Mexique, le Guyana et le Pérou, tant en raison de la forte criminalité qui y sévit que des risques d’épidémies (comme le virus Zika), d’éruptions volcaniques et de cyclones. C’est nettement plus sûr en Europe où, à l’exception de l’Ukraine et de l’Ossétie du sud, on peut se promener en ville sans grand risque de prendre une balle perdue.

Car si le tourisme est devenu une manne financière pour beaucoup de pays – à commencer par la France -, il est fortement menacé par les guerres endémiques et le terrorisme en recrudescence ces dernières années. Celui-ci a intégré dans sa stratégie les répercussions négatives sur ce secteur  - important – des économies nationales. C’est ainsi qu’en France, les attentats de 2015 ont fait chuter de 70% la demande hôtelière.  Et c’est à peine si elle commence à relever un peu la tête. Paris reste toujours la destination la plus prisée des asiatiques, même s’ils exigent à présent des conditions de sécurité renforcée. Une situation qui profite à d’autres villes françaises, plus provinciales donc moins menacées : mais l’attentat du 14 juillet à Nice prouve, hélas, qu’il n’y a pas de risque zéro. Quant aux Français, ils se tournent à nouveau – à 58, 7% - vers leur propre pays pour leurs vacances d’été. Pour les autres, des pays limitrophes comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal sont toujours très attractifs.

Oui, la sécurité reste un critère majeur pour des vacances réussies. Et si le tourisme n’envisage pas d’un bon œil les limitations apportées à son extension planétaire, il est bien obligé de s’adapter aux nouvelles contraintes posées par la géopolitique actuelle. Quitte, parfois, à les subvertir en imaginant, comme certains tour-opérateurs, des circuits dans des zones sinistrées par la guerre. 

 

                                Jacques LUCCHESI