Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2016

Les sbires du néant

 

Le carnage perpétré à Nice le soir du 14 juillet a ébranlé la France. Il est encore trop tôt pour dénoncer les fautes commises et pour trouver les responsables. Aujourd’hui, après trois jours de deuil national, il nous faut être solidaire avec les survivants de la tuerie. Serrer aussi les rangs et soutenir le travail difficile mené par le gouvernement sur la sécurité. Les critiques certes font partie du fonctionnement démocratique. La récupération à des fins électoralistes, non. Le maire de Nice semble avoir obéi à ce détestable travers, laissant planer le doute sur les forces de sécurité qu’il avait demandées et qui lui auraient fait défaut… Peut-être. Mais l’heure est au chagrin, au silence, à la peine, au respect des victimes. Au comment vivre après l’assassinat d’un proche, d’autant, surtout, quand il s’agit de son enfant…

Le terrorisme frappe, exécute et liquide, préférant l’idéologie mortifère à l’humaine concorde. Le voilà installé chez nous. Il ne faut certes s’y résoudre, baisser les bras. Bien au contraire le prévenir et le combattre. Régler aussi le sort, aujourd’hui chancelant, de Daech et de ses sbires du néant. Et chez nous retrousser nos manches pour que le discours islamiste n’ait plus prise sur personne en refondant les bases d’un nouvel ordre social, réellement égalitaire et fraternel.

 

              Yves Carchon

 

19/07/2016

Tourisme et terrorisme

                    

 

 

  Longtemps l’Orient, proche ou lointain, fut la destination privilégiée des grands voyageurs – ceux qui s’embarquaient par passion, comme on aime une femme inconnue. C’est ainsi que, dans les années 50, un écrivain globe-trotter comme Nicolas Bouvier pouvait encore parcourir, avec un ami, les montagnes d’Afghanistan et coucher tranquillement chez l’habitant.  Las ! Les temps ont bien changé et cette région – comme beaucoup d’autres – est désormais interdite à ceux qui se sentent une âme de citoyen du monde. Car il ne fait pas bon être un européen dans ces contrées marquées par un Islam wahhabite et la haine de nos valeurs. Pour décourager ceux qui aiment instiller une dose de risque dans leurs vacances, le Quai d’Orsay a publié une liste de quarante  pays potentiellement dangereux pour les ressortissants français. Outre l’Afghanistan, nul ne sera étonné d’y trouver l’Irak, la Syrie, le Pakistan, la Lybie, la Tunisie et la Turquie. Plus au sud, en Afrique Subsaharienne, ce sont le Mali, la Mauritanie, l’Ethiopie, le Niger, la Somalie et le Tchad qui sont momentanément mis à l’index. En Asie, l’Indonésie et la Malaisie sont particulièrement déconseillées. Sur le continent américain, mieux vaut éviter le Honduras, le Mexique, le Guyana et le Pérou, tant en raison de la forte criminalité qui y sévit que des risques d’épidémies (comme le virus Zika), d’éruptions volcaniques et de cyclones. C’est nettement plus sûr en Europe où, à l’exception de l’Ukraine et de l’Ossétie du sud, on peut se promener en ville sans grand risque de prendre une balle perdue.

Car si le tourisme est devenu une manne financière pour beaucoup de pays – à commencer par la France -, il est fortement menacé par les guerres endémiques et le terrorisme en recrudescence ces dernières années. Celui-ci a intégré dans sa stratégie les répercussions négatives sur ce secteur  - important – des économies nationales. C’est ainsi qu’en France, les attentats de 2015 ont fait chuter de 70% la demande hôtelière.  Et c’est à peine si elle commence à relever un peu la tête. Paris reste toujours la destination la plus prisée des asiatiques, même s’ils exigent à présent des conditions de sécurité renforcée. Une situation qui profite à d’autres villes françaises, plus provinciales donc moins menacées : mais l’attentat du 14 juillet à Nice prouve, hélas, qu’il n’y a pas de risque zéro. Quant aux Français, ils se tournent à nouveau – à 58, 7% - vers leur propre pays pour leurs vacances d’été. Pour les autres, des pays limitrophes comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal sont toujours très attractifs.

Oui, la sécurité reste un critère majeur pour des vacances réussies. Et si le tourisme n’envisage pas d’un bon œil les limitations apportées à son extension planétaire, il est bien obligé de s’adapter aux nouvelles contraintes posées par la géopolitique actuelle. Quitte, parfois, à les subvertir en imaginant, comme certains tour-opérateurs, des circuits dans des zones sinistrées par la guerre. 

 

                                Jacques LUCCHESI

05/01/2016

Premier vœu 2016


2015 s'est clôt sur une question cruciale pour notre cher pays : comment de jeunes Français, instruits sur les bancs de notre école laïque, ont-ils pu tomber dans l’embrigadement assassin de Daech au point de les conduire au carnage de Charlie Hebdo et de l’épicerie cacher et aux tueries du Bataclan et des terrasses de café ? Sans se bander les yeux, il faudra bien répondre à cette question. Le travail est en marche, notamment grâce au pertinent et savant ouvrage de Gilles Kepel, Terreur dans l’Hexagone. Après cette année désastreuse pour notre république, faire un débat tronqué sur la déchéance de nationalité ne me paraît pas primordial. Je dirais même que ce dispositif, outre qu’il réduirait nos libertés, s’avérerait inefficace. Que sur le coup de l’émotion, Hollande ait voulu frapper l’opinion et prendre ainsi la main, ne serait-ce que pour couper l’herbe sous le pied des Républicains, pourquoi pas ? Mais s’enferrer dans ce débat, comme le fait le petit Valls, m’apparaît ridicule. L’état d’urgence ne peut non plus se prolonger indéfiniment. Lutter contre le terrorisme reposerait plutôt sur des aménagements bien ajustés : faire la totale clarté sur l’efficacité de nos polices qui, on l’a vu, mal synchronisées, ont été incapables de suivre des individus connus déjà pour leur engagement islamiste et donc les arrêter avant qu’ils ne commettent l’irréparable. En un mot, prendre les devants avec plus de moyens pour éviter autant que faire se peut d’autres carnages. C’est en tout cas l’un de mes vœux pour 2016 !

 

                          Yves Carchon