Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2016

Calais : et après ?

                          

 

 Si les camps de transit ne sont pas une réalité nouvelle dans le monde, celui de Calais aura quand même été, pendant un an et demi, un sujet incessant de polémique. Comment, en effet, supporter, dans la France du XXIeme siècle,  que des milliers de migrants vivent dans ce gigantesque bidonville avec un repas par jour ?  Les associations humanitaires qui palliaient à ces carences n’ont cessé de dénoncer les conditions de vie dégradantes de ces hommes et de ces femmes venus des pays les plus déshérités de la planète (Ethiopie, Syrie, Afghanistan, entre autres). La violence et le racket  étaient monnaie courante dans ce camp – le plus grand d’Europe -,  au point qu’on l’avait surnommé « la jungle ». Néanmoins l’espoir, pour beaucoup d’entre eux, de rejoindre les côtes anglaises, à trente-cinq kilomètres de là, les aidait à tenir. Si j’en parle au passé, c’est que l’état s’est enfin décidé à mettre un terme à ce scandale à ciel ouvert. Lundi 24 octobre, tôt le matin, les huit mille migrants qui s’entassaient ici ont commencé à être rassemblés en vue d’être acheminés vers des régions de leur choix. Une soixantaine de cars avaient été spécialement affrétés et près de mille deux cents policiers encadraient cette opération de démantèlement et de transfert. Cette évacuation très médiatisée –  huit cents journalistes suivaient de près l’évènement – s’est poursuivie durant les jours suivants à raison d’environ mille cinq cents départs quotidiens. Malgré  quelques incendies, les pelleteuses ont commencé, en fin de semaine, leur ultime travail de déblaiement.

Dans les centres d’accueil et d’orientation mis à disposition par les municipalités, les migrants de Calais trouveront sûrement une vie plus décente et, selon leur situation, certains pourront prétendre à un début de droit d’asile, conformément aux lois internationales. Mais d’autres, on le sait bien, seront ré-acheminés vers leur pays d’origine. Reste à savoir comment les populations locales vont accueillir ces nouveaux venus imposés par l’état français à leurs communes. Mais on peut espérer qu’un peu d’humanité viendra nuancer leurs sentiments spontanés d’invasion et de rejet. Ce déménagement forcé ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les réfugiés et beaucoup ont cherché à y échapper, quitte à recréer des conditions de vie aussi précaires sur les plages voisines. Ils viennent s’ajouter à tous ceux qui, ces derniers mois, ont anticipé la fermeture de la « jungle » et se sont évanouis dans la nature. Pour ceux-là, le choix de l’Angleterre – jugée malgré le Brexit plus prometteuse que la France – était bien arrêté. Encore faut-il y entrer et il se pourrait fort que ceux qui auront été refusés se retrouvent à Paris où d’autres structures d’accueil doivent ouvrir en novembre. Il y a enfin la question de la date choisie par le gouvernement pour cette opération. La proximité des élections présidentielle y est sans doute pour quelque chose. Quant aux conditions relativement douces dans lesquelles s’est faite cette évacuation, elles plaident, bien sûr, en faveur de l’actuelle équipe dirigeante. Ce que Manuel Valls, dans une récente allocution, ne s’est pas privé de souligner. L’humanitaire n’aurait pas été complètement chassé par le tout sécuritaire ? Voilà au moins une bonne nouvelle.                             

 

 

Jacques LUCCHESI     

05/02/2016

Bruissements (57)

 

Taubira : En annonçant publiquement sa sortie du gouvernement, mercredi 27 janvier, Christiane Taubira a fait l’évènement. Etait-ce pour autant une surprise ? Non, car l’ex-Garde des Sceaux était notoirement en désaccord avec le projet de loi sur la déchéance de nationalité porté par François Hollande et Manuel Valls – ce que son petit livre, depuis, a confirmé. Et ce n’était pas, bien sûr, la première fois que ses convictions étaient heurtées par la tournure prise par ce quinquennat prétendument socialiste. (Rarement on aura enregistré autant de démissions, volontaires ou non). Le premier ministre a hypocritement salué son départ, osant dire qu’elle manquerait au gouvernement : pas à lui, en tous cas, vu leurs rapports tendus depuis 2012. Le bilan qui se dégage des trois années de Christiane Taubira à la place Vendôme est plutôt mitigé. Si elle a réussi à faire voter la loi instaurant le mariage pour tous en 2013 et, un an plus tard, la suppression des peines-planchers, elle a échoué en revanche sur la réforme de la justice pour les mineurs et la suppression de la Cour de Justice de la République. Partisane des peines alternatives à l’incarcération (comme le bracelet électronique), elle fut souvent critiquée par l’opposition pour son supposé laxisme : reste que les prisons, sous son ministère, ne se sont pas désengorgées ni améliorées en qualité de vie. D’autre part – et c’est plutôt inquiétant – jamais une ministre n’aura été aussi raillée pour sa couleur de peau et ses origines raciales. De basses calomnies que cette femme au caractère bien trempée a su traiter avec le mépris qu’elles appelaient. Avec Christiane Taubira c’est une certaine idée de la Gauche qui quitte à pas feutrés ce gouvernement. Où les absents sont maintenant plus remarquables que ceux qui restent.

Iran : Avec la levée des sanctions économiques contre l’Iran et son retour dans la communauté internationale, c’est un marché potentiel de quatre-vingts millions de consommateurs qui s’ouvre aux industries européennes. De fait, on déroule un peu partout le tapis rouge à son président, Hassan Rohani, transformé en super-représentant de commerce. En enfouissant sous le même tapis les questions liées aux droits de l’homme et à la répression féroce qui s’exerce toujours au pays de l’ancienne Perse. On redécouvre aussi les différences de cette civilisation avec la nôtre, notamment pour ce qui touche à la pudeur et à l’impudeur. La semaine dernière Matteo Renzi, qui recevait le président iranien à Rome, a cru bon prendre les devants et faire voiler les nus antiques qui peuplent les musées italiens. Belle façon de voiler aussi son identité culturelle pour plaire à ce visiteur richissime. A-t’on jamais vu des chefs d’état musulmans se mettre à la mode occidentale lorsqu’ils reçoivent un dirigeant européen en visite officielle ? La France, qui accueillait le lendemain, le délicat Rohani, a banni le vin du banquet de réception à l’Elysée, François Hollande ayant chargé Manuel Valls d’assurer le discours de bienvenue. Notre cher président ne s’est pointé qu’à l’heure du thé pour parachever la négociation de juteux contrats avec son homologue iranien. En évitant soigneusement d’évoquer les questions qui fâchent. Ainsi va le monde quand l’économie y règne en souveraine absolue.

Jours de colère : Mardi 26 janvier, il y avait beaucoup de monde dans les rues pour protester contre la politique gouvernementale. Les enseignants, bien sûr, opposés à la réforme scolaire par le bas de Najat Vallaud-Belkacem, mais aussi les fonctionnaires en lutte contre l’austérité planifiée qui bloque depuis quatre ans leur indice de progression. Quant aux taxis, en grève eux aussi, ils pestaient contre l’intrusion d’Uber dans ce qu’ils estiment être leur pré carré. A Marseille, place Castellane, on a vu quelques pneus brûler et enfumer le ciel ce jour-là. Ils ont raison, évidemment, de défendre leur profession, mais ils n’empêcheront pas, à moyen terme, les changements commerciaux induits par les nouvelles technologies. Le samedi suivant, c’était au tour de la préfecture d’être assiégé par des manifestants qui réclamaient la fin du déversement des déchets industriels dans les calanques. Beaucoup de bonne volonté, surtout quand on sait le peu de poids des revendications écologiques et citoyennes face au pouvoir de l’industrie et de l’argent. Ce même jour, on pouvait voir un autre défilé de protestation, contre la prolongation de l’état d’urgence, celui-là. Car beaucoup, y compris dans la classe politique, ne comprennent pas ce qu’il peut apporter de plus aux dispositifs anti-terrorisme déjà mis en place. En revanche, ils commencent à mesurer les risques d’extension des pouvoirs de l’état sur les libertés individuelles (déjà bien rognées). Enfin, cette semaine, c’étaient les agriculteurs qui réclamaient une amélioration de leurs conditions de travail et de ventes. Les tracteurs, dans les villes, ont pris la relève des taxis pour signifier à l’imposant Stéphane Le Foll leur ras-le-bol généralisé. Lequel s’est vu offrir, mercredi soir, à Bourg-en-Bresse, une pelle et un « mille-feuille administratif » agrémenté d’une bougie d’anniversaire (puisque le ministre fêtait ses 56 ans). Un strip-tease improvisé de quelques agriculteurs a suivi ce présent significatif. Contrairement à leur ministre de tutelle les paysans français manquent de tout mais pas d’humour.


Migrants : Si ces différents problèmes sociaux ont occulté, depuis quelques semaines, la question des réfugiés, celle-ci ne s’est pas arrêtée à la fin de l’été. On sait quelle attitude de fermeture, vis-à-vis d’eux, ont adoptée des pays comme la Hongrie, la Pologne ou la Slovénie. L’Allemagne, après leur avoir ouvert généreusement ses frontières, est en train de rétrograder, surtout après l’affaire de Cologne. Idem pour la Suède et le Danemark, ce dernier projetant même de ponctionner les réfugiés au dessus de 400 euros de biens personnels. Mais la palme de l’ignominie revient sans doute au belge Carl Decaluwé, - gouverneur de la Flandre Occidentale -, qui a demandé à ses concitoyens de ne plus donner à manger aux migrants en provenance de Calais afin qu’ils ne viennent plus ici. A l’entendre, on aurait cru qu’il parlait de pigeons ou de chats. Un tel oubli des devoirs les plus élémentaires fait froid dans le dos. La déshumanisation des esprits se porte plutôt bien dans cette partie de l’Europe.

 

                      Erik PANIZZA

14/08/2015

Carton rouge

 

 

                                 

 

 Longtemps les sorties intempestives et la gouaille populaire de Nadine Morano ont fait les choux gras des humoristes. Avec la défaite de son parti en 2012, elle s’était faite plus discrète, se recentrant sur ses mandats politiques. Et puis, la maturité aidant, on voulait croire qu’elle pèserait davantage ses propos. Las ! Sa dernière intervention publique à propos des migrants a largement prouvé qu’il n’en était rien. Tout est parti d’une déclaration de Bruno Julliard, premier adjoint à la mairie de Paris, qui proposait de réquisitionner des bâtiments désaffectés pour y loger une prochaine vague de migrants subsahariens. Déchainement sur Facebook, dès le 4 août, de l’ex-secrétaire d’état – à la famille et à la solidarité ! -  de Nicolas Sarkozy. Pour elle, ce serait « un appel d’air des socialistes à l’immigration illégale », avec à la clé des avantages sociaux « payés par ceux qui travaillent ». Et d’enchainer sur la saleté des rues de Paris, pleines de SDF et de matelas qui s’étalent sur les trottoirs. Pour terminer par la proposition de « réquisitionner les avions d’Air-France pour expulser tous les déboutés du droit d’asile ». Le lendemain, sur Europe 1, elle brocardait les migrants qui fuient leurs pays, alors qu’ils feraient mieux d’y rester pour se battre. Et de conclure ainsi : « Heureusement qu’on n’a pas fait pareil, nous, en 39-45 ou en 14. ». On reste pantois devant de telles inepties, de telles comparaisons historiques sans fondement émanant d’une élue de la République. Ne sait-elle pas, étant députée européenne, que la France n’accueille pas autant de migrants qu’elle le devrait, eu égard à la taille de son territoire et à sa situation au sein de l’U E ? Veut-elle ignorer les analyses économiques sérieuses qui toutes démontrent que l’immigration clandestine rapporte plus qu’elle ne coûte aux pays d’accueil ? Au-delà des statistiques, au-delà des clivages politiques, il y a tout simplement le facteur humain au cœur de cette polémique et le moins qu’on puisse dire, c’est que le degré d’empathie de Nadine Morano est très proche de zéro. Que des milliers de gens risquent la mort pour tenter simplement de survivre ailleurs, abandonnant tout ce qui faisait leur identité derrière eux, ne l’émeut pas mais, manifestement, l’exaspère. Elle ne peut s’imaginer un seul instant être à leur place. Mieux! Elle voit des envahisseurs et des terroristes potentiels là où il n’y a que des victimes de la misère et de la guerre, qui fuient pour la plupart les ravages causés par le fanatisme. Qu’on l’admette ou non, le monde ne cesse de changer sous nos yeux ébahis et les responsables politiques, de quelque bord qu’ils soient, doivent trouver des solutions pour des situations d’urgence. Sauf, sans doute, madame Morano dont l’indignité de ses récents propos montre bien qu’elle est mûre pour poursuivre sa carrière au Front National, comme l’avait pressenti dès 2012 cet imitateur audacieux qui l’avait piégée au téléphone.                       

 

                             Bruno DA CAPO