Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2016

Calais : et après ?

                          

 

 Si les camps de transit ne sont pas une réalité nouvelle dans le monde, celui de Calais aura quand même été, pendant un an et demi, un sujet incessant de polémique. Comment, en effet, supporter, dans la France du XXIeme siècle,  que des milliers de migrants vivent dans ce gigantesque bidonville avec un repas par jour ?  Les associations humanitaires qui palliaient à ces carences n’ont cessé de dénoncer les conditions de vie dégradantes de ces hommes et de ces femmes venus des pays les plus déshérités de la planète (Ethiopie, Syrie, Afghanistan, entre autres). La violence et le racket  étaient monnaie courante dans ce camp – le plus grand d’Europe -,  au point qu’on l’avait surnommé « la jungle ». Néanmoins l’espoir, pour beaucoup d’entre eux, de rejoindre les côtes anglaises, à trente-cinq kilomètres de là, les aidait à tenir. Si j’en parle au passé, c’est que l’état s’est enfin décidé à mettre un terme à ce scandale à ciel ouvert. Lundi 24 octobre, tôt le matin, les huit mille migrants qui s’entassaient ici ont commencé à être rassemblés en vue d’être acheminés vers des régions de leur choix. Une soixantaine de cars avaient été spécialement affrétés et près de mille deux cents policiers encadraient cette opération de démantèlement et de transfert. Cette évacuation très médiatisée –  huit cents journalistes suivaient de près l’évènement – s’est poursuivie durant les jours suivants à raison d’environ mille cinq cents départs quotidiens. Malgré  quelques incendies, les pelleteuses ont commencé, en fin de semaine, leur ultime travail de déblaiement.

Dans les centres d’accueil et d’orientation mis à disposition par les municipalités, les migrants de Calais trouveront sûrement une vie plus décente et, selon leur situation, certains pourront prétendre à un début de droit d’asile, conformément aux lois internationales. Mais d’autres, on le sait bien, seront ré-acheminés vers leur pays d’origine. Reste à savoir comment les populations locales vont accueillir ces nouveaux venus imposés par l’état français à leurs communes. Mais on peut espérer qu’un peu d’humanité viendra nuancer leurs sentiments spontanés d’invasion et de rejet. Ce déménagement forcé ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les réfugiés et beaucoup ont cherché à y échapper, quitte à recréer des conditions de vie aussi précaires sur les plages voisines. Ils viennent s’ajouter à tous ceux qui, ces derniers mois, ont anticipé la fermeture de la « jungle » et se sont évanouis dans la nature. Pour ceux-là, le choix de l’Angleterre – jugée malgré le Brexit plus prometteuse que la France – était bien arrêté. Encore faut-il y entrer et il se pourrait fort que ceux qui auront été refusés se retrouvent à Paris où d’autres structures d’accueil doivent ouvrir en novembre. Il y a enfin la question de la date choisie par le gouvernement pour cette opération. La proximité des élections présidentielle y est sans doute pour quelque chose. Quant aux conditions relativement douces dans lesquelles s’est faite cette évacuation, elles plaident, bien sûr, en faveur de l’actuelle équipe dirigeante. Ce que Manuel Valls, dans une récente allocution, ne s’est pas privé de souligner. L’humanitaire n’aurait pas été complètement chassé par le tout sécuritaire ? Voilà au moins une bonne nouvelle.                             

 

 

Jacques LUCCHESI     

Écrire un commentaire