Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2016

Bruissements (68)

 

 

 

 

Fillon : personne ne l’avait vu venir, un peu comme dans la fable de La Fontaine, « Les voleurs et l’âne». Le troisième homme, c’était donc lui. Occulté par le duel Sarkozy-Juppé, objet de tous les commentaires depuis des mois. Mais les électeurs ont, une fois de plus, fait mentir les sondeurs et, au terme d’un premier tour très suivi, François Fillon est devenu le grand gagnant de cette primaire de la Droite avec 44,1% des suffrages exprimés. Il s’est imposé, dimanche dernier,  loin devant Alain Juppé (28,6%) et surtout Nicolas Sarkozy (20,7%) dont l’élimination pourrait bien marquer la fin de sa carrière politique. Presqu’aussitôt – c’est beau les convictions – la plupart des  dirigeants  des Républicains ont prêté allégeance à ce chef imprévu. Le second tour aura bien lieu dimanche prochain, mais avec le report des voix de Sarkozy sur son ancien premier ministre, on voit mal comment Alain Juppé pourrait renverser le cours des choses en sa faveur. Reste que, pour la plupart des Français, le programme hyper-libéral de François Fillon n’est pas une bonne nouvelle : retour aux 39 heures, suppression de 500 000 emplois de fonctionnaires, relèvement de la TVA de deux points, suppression de l’impôt sur la fortune, etc…Pour peu il ferait passer celui de son adversaire pour une resucée socialiste. Au moins sa ligne politique est sans ambiguïté et la Gauche sait à quoi s’en tenir avec lui s’il devenait le candidat de la Droite à la prochaine présidentielle.

 

Hollande : peu de chefs d’état ont été aussi contestés et caricaturés que François Hollande. A vrai dire ce travail de sape a commencé quand il n’était encore que candidat – et ses compagnons du PS n’ont pas été les derniers à le ridiculiser. Il est vrai aussi que, devenu président, Hollande a maintes fois donné des verges pour se faire battre: il suffit de rappeler ici la pitoyable affaire Léonarda. Est-ce par un sursaut de sympathie pour le chef humilié ou simplement par conviction républicaine qu’un collectif de personnalité des arts et du spectacle (parmi lesquelles Catherine Deneuve, Juliette Binoche et Denis Podalydès) s’est publiquement élevé contre le « Hollande bashing », arguant que tout n’avait pas été négatif dans son quinquennat – certes – et que, de toutes les façons, il fallait respecter la fonction présidentielle. On sait que les artistes se cherchent périodiquement des causes à défendre, même si, par le passé, ils ont été moins conservateurs. Cette déclaration a surpris tout le monde, à commencer par Jean-François Cambadélis, premier secrétaire du PS, même s’il a vite saisi cette aubaine. On ne sait pas encore si cet élan pro-présidentiel s’avèrera providentiel pour le président-candidat. Au fait, n’y a-t-il pas un mot en Français pour signifier la même chose que « bashing » ?

 

 

Merkel : une, au moins, que rien n’arrête, c’est bien Angela Merkel. A 65 ans et après onze années passées à la tête du plus puissant état d’Europe, la chancelière allemande a annoncé son intention de briguer un quatrième mandat consécutif, l’année prochaine. Une candidature stratégique car ainsi « Mutter » entend bien barrer la route au populisme grandissant outre-Rhin ; et aussi redorer le blason de son parti, la CDU. Si elle était élue une nouvelle fois, elle égalerait ainsi le record détenu par son ancien mentor Helmut Kohl : seize ans, entre 1982 et 1998.

 

Tabac : après les prostituées, ce sont les buralistes qui sont maintenant dans le collimateur de l’état français. Il est vrai que leur profession est autrement plus dangereuse pour la santé. Avec 80 000 décès par an, le tabac reste l’une des principales causes de mortalité en France. Ce qui n’empêche pas un tiers de nos concitoyens – dont beaucoup de jeunes - de continuer à fumer. Avec la création du paquet neutre, distribué depuis le 21 novembre, Marisol Touraine espère bien faire baisser un peu leur nombre. Partant du principe que le design et la marque des cigarettes sont de puissants incitateurs  à leur consommation, on a misé ici sur la laideur du produit. Les  emballages sont noirs et vert de gris, le nom des marques y est caché et des images d’organes malades accompagnent le sempiternel rappel que « fumer tue ». Pas de quoi se la jouer cool, en effet, même si le prix du paquet reste  bloqué autour de 7 euros. Une dépense encore trop faible, pas assez prohibitive pour les fumeurs, selon les experts. Et de rappeler qu’en Australie, pays-phare de cette expérience, le paquet coûte l’équivalent de 16 euros. Il n’empêche : dès le 1er janvier prochain, tous les paquets traditionnels devraient disparaître des circuits de ventes. Toute l’industrie du tabac est évidemment vent debout contre cette mesure. Mais on aurait tort, pour la santé publique, de l’abandonner, comme d’autres avant elle.

 

Erik PANIZZA    

Écrire un commentaire