Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2016

Passage en force

                             

 

 

Dans la Constitution de 1958, l’article 49-3 est celui qui permet au chef du gouvernement de faire voter une loi (de finances) sans passer par le débat parlementaire. Article régalien par excellence dont l’usage – et encore plus l’abus – équivaut à un déni de démocratie (comme l’a souvent fait remarquer François Hollande par le passé). En faisant adopter par ce procédé l’impopulaire loi El Khomri sur la réforme du Code du Travail, Manuel Valls a enfoncé un peu plus le clou dans le cœur des socialistes. Certes, au fil des semaines, ses rédacteurs l’ont  un peu édulcorée ;  mais il n’en reste pas moins qu’elle corrobore, à un an des présidentielles, le tournant libéral pris contre toute attente par ce gouvernement. Quoique ses auteurs s’en défendent, elle fait la part un peu trop belle aux entrepreneurs sur les salariés. Durée du temps de travail, salaires ou congés: tout va pouvoir être négocié en dehors de toute convention syndicale. Quid de l’équilibre des forces en présence ? A ce jeu-là, on le sait bien, les patrons finiront toujours par avoir le dernier mot, quitte à lâcher un peu de lest. Le pot de terre contre le pot de fer.

Les cinquante six députés socialistes qui se sont élevés courageusement contre cette loi l’ont bien compris. Mais leur motion de censure – contrairement à celles des élus de Droite – n’a pu être avalisée, vu qu’il manquait  deux voix au chapitre. Le projet va maintenant passer au sénat avant de revenir à l’Assemblée Nationale pour un vote définitif, en  juin prochain. Depuis, la colère embrase de plus belle la rue avec les excès que l’on sait, noyant dans la violence les plus justes intentions, entretenant une confusion délétère entre manifestants et casseurs.  Les grèves, un peu partout, se multiplient à l’initiative des syndicats, dernier recours pour essayer de faire  plier le gouvernement.

Mais François Hollande reste inflexible. Au cours de ces quatre dernières années, il a été assez critiqué pour ses reculades et ne veut pas d’un CPE bis. Au lieu de ça, le chef de l’état affiche publiquement son optimisme. Pour lui le pays va mieux et la reprise est là. D’où de prochaines baisses d’impôt et des primes accordées, çà et là, aux fonctionnaires. Et de s’ériger en rempart contre les futurs candidats de Droite – qui ont, il est vrai, des programmes encore plus libéraux que le sien. A défaut de pouvoir dire « moi ou le chaos » - puisque chaos il y a déjà -, « moi ou la Droite » est devenu l’argument principal de sa prochaine campagne. Son attitude a de quoi remonter l’autre partie de la Gauche, celle qui lui rappelle que ce n’est pas pour ces réformes-là qu’il a été élu. Mais tout comme pour la loi sur le travail, le débat est également verrouillé sur ce point. La politique du dialogue a cédé le pas, là aussi, à celle du passage en force. Car Hollande ne veut surtout pas qu’il puisse y avoir une autre alternative que  lui à Gauche. Et pourtant….

 

              Bruno DA CAPO

08/04/2016

Bruissements (61)

 

 

Constitution : Il est arrivé au pupitre de l’Elysée avec cette allure faussement martiale et un peu guindée qui le caractérise quand il doit faire une déclaration importante. Constatant qu’on n’avait pas trouvé un consensus sur la question de la déchéance de nationalité entre la Droite et la Gauche, il a expédié en quelques mots le problème : « En accord avec les présidents du sénat et de l’Assemblée, j’ai décidé de clore le projet de déchéance de la nationalité pour les terroristes. Il n’y aura pas de révision de la Constitution. » Voilà comment aura pris fin, mercredi 30 mars, le débat qu’il avait lui-même initié lors de son discours de Versailles, le 16 novembre dernier. Quatre mois de débats passionnés, où l’on a vu surgir les propositions les plus extrêmes, qui ont divisé les différents courants de la Gauche encore plus que la Gauche avec ses adversaires naturels ; eh bien  tout cela va passer dans les poubelles de l’histoire de la Cinquième République. Non sans avoir enfoncé un peu plus le clou dans le quinquennat Hollande. Car cette nouvelle palinodie, qui arrive après bien d’autres sur des projets pourtant attendus, n’est pas un bon signal envoyé au peuple français. Certes, cette loi aurait été plus symbolique qu’efficiente – et la peine d’indignité nationale pour les auteurs de crimes terroristes peut toujours la suppléer. Mais on attendait, là plus qu’ailleurs, une attitude vigoureuse et soutenue, dans la lignée de ses déclarations de novembre, pas un aveu final de lassitude et d’impuissance. Un jour prochain, des historiens établiront certainement la liste des lois avortées en comparaison de celles adoptées durant la gouvernance Hollande. Et ce bilan fera forcément ressortir le triomphe du dérisoire sur l’essentiel.    

 

Panama : Notre monde repose sur des secrets de moins en moins bien gardés. Et – soit dit en passant - Internet est pour beaucoup dans cette volatilité médiatique. Aussi des « affaires », périodiquement, remontent à la surface, provoquant leurs petits tsunamis politiques. Hier, c’était Wikileaks,  avant-hier Clairstream, aujourd’hui ce sont les « Panama papers », mais au bout du compte, qu’est-ce que ça change ? Rien de nouveau sous le soleil. Les hommes sont, pour la plupart, naturellement cupides. Ils songent à servir leurs intérêts égoïstes avant ceux de leur collectivité, de leur nation. Pour cela, ils sont capables de déployer des trésors d’ingéniosité. Les plus riches d’entre eux peuvent compter sur des bataillons de juristes aptes à faire jouer le droit contre la loi. Ceux-là vous créent en un tournemain une société-écran dans un pays de cocagne où vous pourrez faire fructifier vos capitaux loin des pères-fouettards de l’administration fiscale : car, enfin, y en a marre de toujours reverser une partie de son argent aux pauvres. Le cabinet d’avocats Mossak-Fonséca appartient sans nul doute à cette engeance aux deux visages. Son directeur se drape, depuis cette « fuite » scandaleuse, dans sa toge de lin blanc : « Un crime contre le Panama. Clame-t’il haut et fort. ». Son indignation prend des accents patriotiques. Car son pays a été, depuis, remis sur la liste des états douteux. Ce n’est pas demain la veille que le Panama évoquera spontanément le chapeau du même nom. Bon, ce n’est pas bien de pirater quelques millions de dossiers privés, même si ces révélations ne font que confirmer ce que tout le monde pensait. Car, enfin, qui peut s’étonner de retrouver, parmi ces expatriés fiscaux, des personnalités aussi vertueuses que Patrick Balkany, Michel Platini, Jérôme Cahuzac ou Patrick Drahi ? Dans le camp étranger, pas de surprise non plus en découvrant le nom de Vladimir Poutine ou celui de Mohammed Ben Nayef, prince saoudien récemment décoré de la Légion d’Honneur. Il y a très peu de chances que ces éclaboussures entrainent leur destitution dans leurs pays respectifs. Ce ne sera peut-être pas pareil pour le président ukrainien, le milliardaire Pétro Porochenko, pris lui aussi la main dans le sac. Quant à David Cameron, il se débat à son tour dans les justifications face à l’opinion anglaise. Mais, jusqu’à présent, dans les pays dits démocratiques, seule l’Islande a poussé à la démission son premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson. Mais arrêtons là ce jeu de massacre. Le problème est bien plutôt de trouver des solutions pour lutter contre les paradis fiscaux, quand bien même les pressions des USA et de l’OCDE ont réduit fortement leurs actifs en Europe. Il faudrait en premier lieu contrôler et taxer davantage les banques et leurs filiales étrangères. Ainsi la seule Société Générale a fait enregistrer pas moins de 979 sociétés off-shore au Panama. De quoi relancer plus âprement le débat sur la dématérialisation de l’argent et la traçabilité des transactions financières. La transparence ne concerne pas que les sous-vêtements féminins.

 

Détournement : on en sait un peu plus sur les motivations du pirate de l’air qui a détourné vers Chypre un A-320 de la compagnie Egypt-Air, le 29 mars dernier. Ce n’était pas un terroriste patenté mais un professeur de médecine d’Alexandrie qui a fait croire à tous qu’il était porteur d’une ceinture d’explosifs pour revoir son ex-épouse chypriote. Tous les otages ont été libérés et l’extravagant professeur arrêté juste après. Si ce n’est pas la première fois que l’amour est en cause dans ce genre de mésaventures, reconnaissons au moins qu’il peut donner des ailes à certains. Un beau geste, malgré tout, qui devrait inciter ses juges à la clémence. Dommage qu’il n’ait pas attendu la Saint-Valentin pour son amoureux transport, ce qui aurait été parfait.

 

Brigade : c’est officiel : une brigade blindée américaine de 6000 hommes va être déployée en Europe Orientale dès février 2017. La demande émane des Pays Baltes et de la Pologne. Car après l’annexion de la Crimée par Moscou, ceux-ci redoutent que la Russie poursuive ses incursions au-delà de ses frontières. Pour le Pentagone, il s’agit ainsi d’afficher son soutien à ces états membres de l’OTAN. Cela va porter à trois le nombre des brigades américaines actuellement réparties en Europe. Evidemment le Kremlin a protesté, par la voix de son ministre de la défense,  et a promis de réagir contre l’augmentation de la présence américaine dans la périphérie de la Russie. A l’heure où Obama et Poutine semblaient se rapprocher pour mieux lutter contre l’E I, cette nouvelle dissension a des relents de guerre froide.

  

             Erik PANIZZA