Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2017

La victoire de l'abstention

 Au soir du premier tour de ces législatives, les résultats issus des urnes ont dessiné, avec une semaine d’avance, ce qui sera sans doute la nouvelle carte de l’Assemblée Nationale. La couleur violet de la République en Marche y est largement dominante avec 32,32% des voix. Suivent Les Républicains-UDI (21,56%), la France Insoumise (13,74%) et le Front National (13,2%). On sent déjà que la droite, toutes tendances confondues, sort largement confortée de ce scrutin. Et qu’avec l’effondrement du Part Socialiste (8%), c’est la France Insoumise qui va incarner, pour les cinq années à venir, l’opposition à gauche.

 Le pari macronien d’un renouvellement du corps politique est quasiment gagné. Ce n’est pourtant pas une révolution (selon le titre de son ouvrage programmatique), à moins que l’on puisse parler de  révolution conservatrice. Car si les nouveaux entrants viennent, en grande partie, de la société civile, ils représentent à quelque chose près les mêmes couches sociales aisées que leurs collègues sortants. Du reste, ce n’est pas la République En Marche qui est la vraie gagnante de ces élections, mais l’abstention. Avec 51,3% de suffrages non exprimés (et 57,7 % au second tour), c’est elle qui se taille la majorité absolue. Que signifie ce score grandissant, sinon l’expression d’un profond scepticisme vis-à-vis de la classe politique ?

Car l’abstentionniste, quelque soit son milieu social, est quelqu’un qui ne croit plus aux slogans et aux mots d’ordre. Il n’a plus de camp où se situer et la politique ne le fait plus s’enthousiasmer. Où que le vent la pousse, elle ne changera rien, il le sait bien, à son destin ; elle reproduira toujours les mêmes césures, les mêmes inégalités. Les récentes affaires d’argent ont achevé de l’en dégoûter. Pour lui, les nouveaux venus ne valent pas mieux que les anciens corrompus. Ils ont simplement pour eux la vertu des novices et, s’ils font eux aussi carrière, mandat après mandat, ils connaîtront les mêmes tentations, les mêmes faiblesses. Tout ce qu’il voit, dans ces affrontements verbaux et ces promesses répercutés par les médias, c’est une lutte acharnée des places, où les candidats jouent opportunément des coudes pour se hisser dans la hiérarchie sociale, maquillant leurs intérêts personnels en amour de la chose publique. Oui, l’abstentionniste est fatigué par toute cette agitation et, finalement, il se fout de ce qui en sortira. Qu’ils fassent ce qu’ils veulent, puisque la politique s’est faite toujours sans lui et à son détriment, pense-t’il en substance.

Ce pessimisme rampant n’est pas très rassurant et les vainqueurs d’aujourd’hui auraient tout intérêt à relativiser leurs mérites. A défaut de comptabiliser l’abstention – cet inconscient du suffrage universel -, ils devraient au moins s’employer à faire plus de place, dans leurs prises de décision,  aux initiatives collectives, avant mais surtout après les grands rendez-vous électoraux. Le développement d’Internet et des réseaux sociaux le permet à présent.Sans cette nécessaire participation des  citoyens à la vie de la nation, l’écart entre les deux France ne fera que se creuser davantage. Jusqu’à créer les conditions d’une véritable révolution. Laquelle commence toujours dans la rue.

 

Jacques LUCCHESI

Écrire un commentaire