Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2019

L’inamovible

                                 

 

 Le 29 juillet, en Roumanie, un fait-divers particulièrement sordide a secoué l’opinion publique. Alexandra, une jeune fille de 15 ans, a été enlevée, frappée, violée et finalement assassinée par un homme de 65 ans. Pourtant, l’adolescente a pu subtiliser le portable de son meurtrier et a téléphoné trois fois à la police durant sa séquestration. Mais celle-ci, empêtrée dans des questions administratives, a mis pas moins de 19 heures pour localiser les lieux et arrêter son assassin présumé. Du coup, le ministre de l’intérieur, Nicolae Moga, a limogé le chef de la police et le directeur des communications spéciales avant, lui-même, de donner sa démission – après seulement huit jours d’exercice. Une attitude juste et digne, en conséquence de ce fiasco dramatique.

En France c’est une autre affaire qui fait flamber la rue et les réseaux sociaux depuis quelques semaines : l’affaire Steve Maia Caniço. Ce jeune homme de 24 ans assistait, le 21 juin dernier, à la fête de la musique à Nantes quand les policiers, pour des raisons assez floues, ont chargé la foule présente vers 4H30 du matin. Affolés, certains se sont jetés dans la Loire, dont le jeune Steve qui s’est ainsi noyé. Depuis la découverte de son cadavre, le 29 juillet aussi, des manifestations se multiplient, non seulement à Nantes mais aussi à Toulouse, Bordeaux et Grenoble. Elles mettent en cause la brutalité de la police française, même si une enquête de l’Inspection Générale de la Police Nationale a rapidement conclu à une absence de lien direct entre cette noyade et la charge des policiers.

Néanmoins, le procureur de la République de Nantes a ouvert une procédure judiciaire pour homicide involontaire. Mais les deux juges du tribunal de grande instance de Nantes ont rapidement demandé à être dessaisis de l’affaire. C’est dire son caractère extrêmement sensible dans l’actuel contexte politique. Et l’on se doute bien jusqu’où pourraient remonter les investigations, qui elles pourraient mettre en cause. Cela n’empêche pas Christophe Castaner d’afficher, çà et là, une bonhomie de façade, surtout depuis que le premier ministre lui a apporté son soutien personnel.

De toute évidence, il ne se sent en rien responsable des débordements policiers de  Nantes, pas plus d’ailleurs que des innombrables blessés par armes non létales qui ont émaillés les manifestations des Gilets jaunes depuis huit mois. Récemment, François de Rugy a démissionné sur la base de simples allégations journalistiques sur son train de vie, alors qu’il était président de l’Assemblée Nationale. Pas Christophe Castaner qui se croit sans doute indispensable dans le rôle qui lui a été attribué voici deux ans. On se demande combien de bavures accablantes seront encore nécessaires pour qu’il prenne la même décision que son homologue roumain. Il y a des surdités qui déshonorent la vie politique française.

 

Jacques Lucchesi  

17:37 Publié dans numéro 19 | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire