Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2019

                Marlène Schiappa idéologue

           

 

 

 

 Si être un homme ou une femme politique au XXIeme siècle, c’est sortir sans cesse de son pré carré pour aller pérorer de tout et n’importe quoi sur les plateaux de télévision, alors Marlène Schiappa en est certainement la meilleure incarnation. Jusqu’à présent, la très partiale secrétaire d’état à l’égalité des femmes et des hommes s’en tenait principalement à corroborer toutes les propositions féministes du moment, dans un oubli total du devoir de réserve attaché à sa fonction. Voici qu’elle a franchi un pas supplémentaire en co-signant, avec deux députés macronistes – Olivia Grégoire et Laurent Saint Martin – une tribune dans le dernier JDD, appelant les petits partis à rejoindre LREM. En voici d’ailleurs un extrait significatif :

« La République en marche n’a pas vocation à diviser en courants mais à élargir. Que vous veniez de LR, d’EELV, du PS ou du Parti animaliste, tout ce qui nous intéresse, c’est : êtes-vous prêts à faire passer votre pays avant votre parti? Êtes-vous prêts à porter et défendre des idées, peu importe leur provenance, au service des Français? »

On croit rêver en lisant ces lignes. A entendre madame Schiappa et consort, l’état de la France serait si alarmant qu’il nécessiterait une sorte d’union sacrée. Foin des querelles de clochers ! La patrie est en danger. Il s’agit à présent de travailler tous ensemble à sa préservation et son relèvement. Et quoi de mieux que la République en marche pour subsumer les différences et les idées originales? N’est-ce pas, depuis sa création, son principal credo ? Non, mesdames et messieurs, LREM n’est pas un parti comme les autres ; c’est la quintessence de la France d’aujourd’hui.

Voilà ce que nous dit, en filigrane, madame Schiappa. On notera au passage le parallèle de son OPA politique avec les appels répétés au patriotisme de Marine Le Pen et sa prétention, elle aussi, à incarner la France éternelle. Après tout, pourquoi se disperser en une multitude de partis et de mouvements ? Un seul serait bien suffisant pour gouverner ce pays. Le problème –  si problème il y a encore -, c’est que tout cela n’est ni plus ni moins que la négation de la démocratie ; laquelle a toujours supposé une alternance gauche-droite et, entre les deux, une bonne dose de dissensus.

Si l’on excepte quelques brebis égarées en recherche éperdue de mandature, je doute fort que cet appel soit entendu par l’ensemble de la classe politique française. Qui pourrait d’ailleurs se laisser duper par un aussi grossier subterfuge ? Mais grâce à des vestales aussi zélées que madame Schiappa, on commence à voir clairement la nature inquiétante du projet macroniste. Après avoir renversé les piliers séculaires de l’édifice républicain, après avoir débauché, tant à droite qu’à gauche, tous ceux qui s’inquiétaient de leur avenir électoral, il voudrait à présent aspirer à son profit la diversité des propositions politiques pour notre pays. Comme quoi le « et en même temps », ce leitmotiv archi-répété du parti présidentiel, rejoint insidieusement le « ni droite ni gauche » de tous ceux qui, par le passé, ont voulu gouverner autocratiquement, dans le refus de toute forme d’opposition.

 

Jacques LUCCHESI

Écrire un commentaire