Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2017

Bruissements (76)

 

 

Lucet : l’Azerbaïdjan, vous connaissez ? C’est une petite contrée hospitalière du Caucase, coincée entre la Turquie et la Russie, où le pouvoir est détenu par un certain Ilham Aliyev, président démocratiquement élu en 2003…Celui-ci compte d’ailleurs pas mal d’ « amis » dans la classe politique française ; des « amis » généreusement subventionnés et qui sont ainsi toujours prêts à rappeler publiquement les avancées de la démocratie et des droits de l’homme dans ce pays. Mais voilà, Elise Lucet, journaliste et productrice de Cash investigation n’a pas voulu manger de ce pain-là. Dans un numéro de son émission, voici deux ans, elle est même allée à qualifier l’état Azéri de « dictature, l’un des plus féroces au monde ». Du coup, le président courroucé a porté plainte contre France 2 et la présentatrice – ce qui est en soi une hérésie juridique. « Non, mais des fois ! On ne va pas se laisser diffamer comme ça. Ce n’est pas parce qu’il y a à peine cinq cents opposants politiques dans nos prisons que notre douce république doit être considérée comme une dictature.». Hier c’était la Turquie d’Erdogan qui réclamait à l’Espagne la remise d’un opposant (rappelons qu’un reporter français, Lou Bureau, croupit toujours dans ses geôles). Aujourd’hui, c’est Ilham Aliyev qui se drape de lin blanc et de probité candide. Et demain, ce sera peut-être le sympathique Ramzan Kadyrov, président de la Tchétchénie, qui portera plainte contre une association homosexuelle accusée de répandre des horreurs sur son compte. C’est quand même inquiétant comme les dictateurs, depuis quelques années, ont pris de l’assurance vis-à-vis des démocraties, et jusqu’à leur en remontrer sur leurs principes. Heureusement qu’ici la liberté d’expression, qu’ils pourchassent maintenant hors de leurs frontières, a encore une réalité. Verdict du tribunal de Nanterre en novembre prochain.

 

Corée : nouvel essai nucléaire, en sous-sol, dimanche 3 septembre en Corée du nord. La déflagration de cette bombe à hydrogène – d’une puissance quinze fois supérieure à celle d’Hiroshima – a été ressenti en Chine et jusqu’en Russie. Kim Jong Un jubile. Qu’importe s’il passe pour un fou aux yeux des occidentaux ! Qu’importe si la communauté internationale – Chine comprise – est contre lui ou si le blocus économique va un peu plus affamer son peuple ! Lui, en bon dictateur, sait que son joujou atomique est encore sa meilleure assurance pour se cramponner au pouvoir. Une assurance sur la mort, bien sûr.

 

Macron : « Les propriétaires devraient baisser leurs loyers de cinq euros. ». Voilà le dernier vœu pieu de notre télégénique président. Je suppose que, certains jours, il doit croire à la performativité de sa parole (je parle donc je fais). Cinq euros, c’est exactement le montant de la baisse des APL voulue par son gouvernement. Ce serait une compensation parfaitement équilibrée  si nous  vivions dans une société vertueuse, où le sens du profit serait tempéré par la raison. Mais, malheureusement, les choses ne se passent pas comme ça en France. Et il faudra sans doute attendre une nouvelle loi pour que les propriétaires consentent à lâcher un peu de lest.

 

Wauquiez : Il s’est teint les cheveux en blanc pour faire plus mature. Il a vitupéré contre l’assistanat et les classes populaires accusées de ruiner la France, quitte à diviser dans son propre camp. Le plus droitiste des Républicains a néanmoins réussi à conquérir la Région Auvergne-Rhône-Alpes et, à 42 ans, il espère bien devenir le prochain président de son parti : « pour que la droite soit vraiment de droite et ne pas laisser le monopole de l’opposition à Mélenchon. ». Tous les espoirs lui sont permis car il n’y a pas de personnalité marquante face à lui. S’il est élu en décembre prochain, il pourra même proposer la vice-présidence, à Marion Maréchal Le Pen – puisqu’elle est en vacance de sa famille politique. Car, avec Wauquiez à leur tête, les Républicains n’auront plus rien pour les différencier du Front National.

 

Erik PANIZZA

Écrire un commentaire