Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2016

Bruissements( 66)

 

 

 

G20 : une bonne nouvelle pour la planète : lors du G20 qui se tenait à Hangzou (Chine) le week-end dernier, Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping ont décidé d’avaliser le traité de Paris qui propose aux états , depuis décembre dernier, de réduire significativement leurs émissions polluantes.  Il faut quand même avoir à l’esprit que la Chine et les USA génèrent à eux deux 40%  des gaz à effet de serre dans le monde. Soit, respectivement, 10 milliards et 5, 2 milliards de tonnes de gaz carbonique.

 

Paris : dans le même temps, c’était une partie de la communauté chinoise française qui manifestait à Paris. Que réclamaient-ils, au juste ? Plus de liberté ? Non, plus de sécurité car, depuis quelques temps, les asiatiques subissent une recrudescence d’agressions crapuleuses. De petits malfrats croient, en effet, que tous les Chinois sont riches à présent. Tiens, tiens, ça ne vous rappelle rien ? Les clichés ont la vie dure.  

 

Ouigours : on pensait un peu vite que la Chine était épargnée par le terrorisme islamique qui sévit en Europe et aux USA. On se trompait. Car dans le Xinjiang, à l’est du pays, une communauté musulmane turcophone, les Ouigours, est très engagée dans la lutte contre l’état central. 140 d’entre eux ont d’ailleurs rejoint les rangs de Daesh  au Moyen Orient. Aussi Pékin, qui redoute des attentats sur son propre sol,  a-t-il décidé de s’investir davantage dans la lutte contre l’EI. Et si les Chinois passent à l’attaque, les djihadistes ont du souci à se faire.

 

Islamophobie : en ces temps extrêmement troublés, il est difficile pour certains de faire une juste part des choses. Ainsi ce restaurateur de Tremblay-en-France (Seine Saint-Denis) qui a refusé, dimanche 28 août, de servir deux femmes voilées au motif que, selon lui « tous les musulmans sont des terroristes ». L’affaire a fait grand bruit et a valu à l’homme (qui s’est depuis excusé pour ses propos malheureux) une enquête pour discrimination raciale. Son procès – très attendu – devrait s’ouvrir le 24 novembre prochain.  

 

Ménard : s’il y en a un, au moins, qui est à la fête dans ce contexte explosif, c’est bien Robert Ménard. On sait que le maire de Béziers ne recule devant rien quand il s’agit de faire entendre ses opinions racistes. Sa dernière provocation en date ne manque pas de saveur – ni, d’ailleurs, de ridicule. Pour lui, « être Français, c’est être européen, blanc et catholique ». Et de placer son assertion sous les auspices de De Gaulle. Cette fois, la riposte et l’action en justice pourraient bien lui venir des protestants français. 

 

Internet : pédophilie, films gore, propagande de l’EI : on sait très bien que l’on peut voir sur Internet les pires saloperies. Est-ce cependant une raison pour limiter la liberté de navigation et de choix des internautes ? Le BEREC – l’organe des régulateurs européens pour les communications électroniques – a clairement réaffirmé, ces jours derniers, sa volonté de maintenir un Web neutre et ouvert. Non sans quelques conditions d’encadrement pour certains services  spécialisés. Pas besoin de vous faire un dessin.

 

 

Adultère : alors que l’Italie peine à relancer sa natalité, même avec des campagnes publicitaires assez dirigistes, l’Allemagne vient d’adopter un projet de loi visant judiciariser l’aveu d’adultère dans le cas d’une paternité douteuse. Cette loi, qui vise à donner plus de droits aux pères putatifs, ne va sûrement pas œuvrer pour la paix des ménages. Car désormais, les maris teutons bafoués pourront, en toute légalité, demander à leurs épouses volages le nom – ou les noms – de leur(s) amant(s). Dans le cas d’une naissance adultérine confirmée, ils pourront également demander aux géniteurs avérés d’assumer les frais d’entretien des enfants pendant deux ans.  Entre 1 et 2% des couples allemands seraient concernés par cette mesure.

 

Requins : nouvelle attaque de requin à la Réunion, le 27 août dernier. Cette fois c’est un jeune homme de 21 ans qui a eu un bras sectionné. Son crime : faire du surf avec des amis dans une zone censément munie de filets anti-requins. Depuis cinq ans, pour la seule île de la Réunion, on dénombre 19 attaques de squales, dont 7 ont été mortelles. On se demande ce qu’on attend pour lever l’interdiction de chasser  ces fauves des mers. Car – n’en déplaise aux écologistes -  si l’on en tuait un peu plus dans cette zone, il est à peu près certain qu’ils ne s’aventureraient plus aux abords de  nos plages. La protection bien ordonnée des espèces doit commencer par la sienne.

 

                 

  Erik PANIZZA 

Écrire un commentaire